18 novembre 2019
Concerts / évènements

The Revolution à Paris

The-Revolution

Lundi dernier (11/02), le célèbre groupe de Prince, The Revolution, était de passage à Paris. Après la mort de Prince, le groupe s’était reformé pour continuer à faire vivre sa musique a travers le monde. À l’occasion de leur tournée européenne tous les membres étaient réunis pour un concert à la cigale, célèbre salle parisienne où Prince avait eu l’occasion de jouer en 2009 après son célèbre show au Grand Palais.

En tant que fan de Prince contrariée de ne jamais l’avoir vu en concert, j’ai l’énorme privilège de conserver toute impatience de voir jouer quelconque musicien talentueux l’aillant côtoyé. C’est donc convaincu que le concert va déchirer, que je me dirige vers la salle de concert pour entamer une queue de 4 heures. Plus petite joueuse que certains, alors déjà présent depuis le midi. Haaaa les fameuses queues de concerts princières que j’ai tant fantasmé quand j’avais 16 ans. Je suis pratiquement sûre que cette fois-ci l’enjeu était moindre, mais un esprit de nostalgie planait, et je dois dire qu’attendre debout 4 heures dans le froid était plutôt agréable. À 19h30, les portes s’ouvrent et on commence à tous se précipiter pour passer au plus vite les contrôles de sécurité et le check des billets. Grâce à une technique plutôt habile regroupant un mélange de « je pousse tout le monde » et « je suis une femme donc y a moins la queue pour se faire fouiller » me voilà en train de monter les marches quatre par quatre puis courir vers la barrière encore vide (juste pour vraiment être sure d’être au premier rang). On décide de se mettre juste en face du micro de Brown Mark, le funky bassiste du groupe. Plus qu’à attendre que le groupe commence en se dandinant sur la musique du DJ présent en première partie (et en essayant de dégeler les 70% d’eau qui compose notre corps).

Ladies and Gentleman… Please Welcome, The Revolution

Ça y est, c’est enfin le moment tant attendu, et comme dans le célèbre film Purple Rain, une voix annonce dans la salle déjà hurlante « Ladies and gentleman…. Please welcome, the Revolution ». Ça y est, j’ai 16 ans à nouveau ! Le groupe commence à jouer America et nous emmène directement dans les années 80, je n’ai jamais eu l’occasion de les voir jouer avant, et encore moins à l’époque où ils accompagnaient Prince (pour des raisons de métaphysique évidentes), mais je suis certaine que ca devait être à peu près aussi grisant. S’en vient ensuite le titre Computer blue qui permet à Wendy de se la péter un peu avec son jeu de guitare, et même si c’est compliqué d’égaler Prince, elle se défend vraiment bien. Le Funky time de la soirée commence avec le titre Uptown et l’entrée de Stokley Williams, ancien chanteur du groupe Mint condition (From Minneapolis indeed). Il a vraiment apporté du dynamisme au show, car à part Brown Mark qui danse et s’agite comme il y a 35 ans, les autres membres, aussi talentueux qu’ils soient, ne jouent pas vraiment le jeu de la scène.

https://youtu.be/zIEqT3du2nQ

On a également pas échappé au moment émouvant du concert ou tout le monde pleure et chante en même temps sur le titre sometimes it snows in april. Un moment qui était incontournable et qui aurait pu être surfait, mais les musiciens, à l’instar des fans, semblaient être sincères dans leur peine. Mais pour être tout à fait honnête j’ai toujours eu un peu de mal à passer de la joie, aux pleurs, à encore la joie. Ce qui fait qu’il a été assez compliqué de se raccrocher au wagon et se remettre à chanter, danser et crier comme si de rien était sur Let’s Go Crazy.

https://youtu.be/uaI3fYIx_q4

La soirée s’est poursuivi sur des notes funky avant de nous replonger dans l’univers de Purple Rain et sa fin mémorable avec l’enchaînement des titres Purple Rain (ou on a encore tous pleuré /oui, oui TOUS/ surtout en écoutant le petit discours de Wendy qui nous a bien conditionné avant), I Would Die 4 You et Baby I’m a Star.

https://youtu.be/fFRIu634Evk

En conclusion, même si beaucoup de gens sont médisants et pensent que le groupe tourne uniquement pour l’argent, ou encore qu’il n’y a aucun intérêt à assister à un concert de Revolution alors que Prince est mort, je pense qu’ils ont tors, que la sincérité et l’émotion de tous les fans réunis valent le coup, et que même sans Prince, ces musiciens restent extrêmement talentueux.

Setlist du concert

  • America
  • Computer Blue
  • Mountains
  • Take Me With U
  • Uptown
  • D.M.S.R.
  • 17 Days
  • Raspberry Beret
  • Erotic City
  • Let’s Work
  • 1999
  • Sometimes It Snows in April
  • Let’s Go Crazy
  • Delirious
  • Controversy 
  • Kiss
  • When Doves Cry
  • Purple Rain
  • I Would Die 4 U
  • Baby I’m a Star

Tu aimes Prince ? Tu peux aussi lire mon article sur sa biographie.

Related posts

Sign Of The Times by Prince : Découvrir une « Rock Star »

Funkidole

The Rocky Horror Picture Show : Je te parle d’un film culte

Funkidole

Nosfell, en concert à St Brieuc, Mars 2017

Funkidole

Leave a Comment